SOMMES-NOUS DE VRAIS RÉFORMATEURS ?

LA SIGNIFICATION DE LA PERFECTION CHRÉTIENNE
01/03/2019
DISPREZZANDO LE BENEDIZIONI
01/03/2019

Article paru dansThe Reformation Messenger, Canadajuin 2018

 Le besoin le plus urgent dans notre monde aujourd’hui est une réformation. C’est la solution à tous les problèmes qui existent dans notre monde aujourd’hui. Si Sodome et Gomorrhe avaient eu même dix réformateurs, elles n’auraient pas été détruites. Les églises qui existent aujourd’hui ont besoin de réformation parce que l’état de tiédeur a endormi les gens ; par conséquent, ils ne voient pas leur état de perdition. Individuellement, nous avons besoin d’une réforme. C’est la seule chance que nous avons d’échapper à la ruine prochaine.

 

Sœur White écrivit en 1902 : « Dieu exige un réveil spirituel et une réforme spirituelle. Sans quoi les tièdes deviendront de plus en plus odieux aux yeux du Seigneur qui finira par ne plus les reconnaître comme ses enfants. » – Messages choisis, vol. 1, p. 148.

 

Où commençons-nous le travail de réforme ? N’est-ce pas dans notre vie personnelle ? Avant d’essayer de réformer les autres nous devons opérer une réforme en nous-mêmes. La première chose est de nous examiner et de comparer notre vie à la vie de Christ et à la loi de Dieu, et faire une liste de tous les domaines où nous avons des manquements. Puis présenter cette liste à Dieu, et demander en prière son aide pour surmonter toutes ces faiblesses, et faire une confession à Dieu, et quand c’est nécessaire à nos semblables.

 

Ensuite, chasser toutes les idoles de nos maisons. Ceci comprend la littérature mondaine, les magazines et les livres, aussi certains aliments malsains et boissons. Jeter tous les objets de la vanité, y compris la musique du monde, et des vidéos, même des vêtements qui ne sont pas modestes. Tous ces objets donnent à Satan le droit d’entrer dans nos demeures, parce que ses choses s’y trouvent.

 

Troisièmement, nous devons restaurer la véritable observation du Sabbat. Cela signifie garder le commencement et la fin du Sabbat et surveiller notre conversation, qu’elle reste spirituelle ; même nos pensées ne doivent pas s’aventurer sur un terrain prohibé. « Le sabbat ne doit pas être un temps d’oisiveté. » – Jésus-Christ, p. 190. Il y a des choses que nous pouvons faire le Sabbat. Nous pouvons rendre visite aux malades, nous pouvons donner des études bibliques, nous pouvons écrire des articles, et préparer des sermons, mais il y a quelque chose que nous ne devons pas faire. « Il déplaît à Dieu que ses enfants passent une grande partie du sabbat à dormir. On déshonore le Créateur en agissant ainsi et on montre par l’exemple que les six jours ouvrables sont trop précieux pour les passer à se reposer. On veut gagner de l’argent, même aux dépens du sommeil nécessaire ; aussi rattrape-t-on le temps perdu le jour du sabbat. » – Témoignages pour l’Eglise, vol. 1, p. 331.

 

Le quatrième domaine de réforme est de commencer la lecture systématique de la Bible, et avec cela, la lecture des livres de l’Esprit de prophétie. L’étude biblique purifie nos esprits, et nous donne la connaissance qui est nécessaire pour notre guerre contre les pièges de Satan. La Bible s’appelle le Pain de Vie, ce qui soutiendra notre condition spirituelle.

 

Une chose importante pour un réformateur est une vie de prière. Nous devons nous assurer qu’elle est continuelle. « Sans la prière, nul n’est en sûreté un seul jour ni une seule heure. » – La tragédie des siècles, p. 578.

 

Des miracles ont lieu comme un résultat de la prière. Jésus dit : « Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. » Luc 11 : 9.

 

Le sixième domaine de la réforme personnelle est de sélectionner attentivement nos amis, avec qui nous nous associons. Notre meilleur ami peut être l’agent de Satan pour nous tenter. Les parents et les membres de la famille peuvent également nous faire tomber, s’ils ne sont pas fidèles à Dieu. Les professeurs de religion tièdes peuvent nous faire tomber dans un sommeil spirituel. C’est très contagieux. Dans la compagnie de vrais chrétiens fidèles, nous recevons la bonne influence pour soutenir notre foi.

 

De plus, la réforme sanitaire a beaucoup à voir avec notre sanctification. Gratifier nos appétits et nos désirs affaiblira notre force de volonté. Il y a des péchés qui ne peuvent être surmontés que par le jeûne et la prière. Non seulement devons-nous manger des aliments sains, mais aussi aux bons moments et en quantités appropriées. Beaucoup seront perdus en se livrant à leurs appétits. Paul écrit, « Leur fin sera la perdition ; ils ont pour dieu leur ventre. » Philippiens 3 : 19.

 

Le huitième domaine de notre réforme personnelle est le travail missionnaire. Si vous avez négligé cela, vous pourriez être compté comme le serviteur avec un talent, qui l’a caché, et ne l’a pas utilisé. En sauvant les autres, nous nous sauvons nous-mêmes. Jésus allait de lieu en lieu faisant du bien ; et si nous négligeons de faire comme il a fait, nous ne sommes pas ses disciples, mais nous serons coupables du sang des pécheurs autour de nous. « Quand je dis au méchant : Méchant, tu mourras ! si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa voie, ce méchant mourra dans son iniquité, et je te redemanderai son sang. » Ezéchiel 33 : 8.

 

De plus, la façon dont nous dépensons notre argent fait partie de la réforme. Nous devons vérifier si nous avons fidèlement payé nos dîmes et nos offrandes. Aucun vrai réformateur n’est infidèle dans les dîmes ; ceci signifierait que nous volons Dieu et transgressons le huitième commandement. S’il n’y a pas d’autres fautes dans nos vies, celle-ci seule pourrait nous empêcher d’entrer au ciel. C’est un manque de foi quand quelqu’un ne croit pas que Dieu ouvrira vraiment les écluses du ciel et versera une bénédiction, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus assez de place pour la recevoir.

 

Le dixième domaine de réforme est notre amour pour Dieu et pour nos semblables. Nous pouvons avoir la foi pour déplacer des montagnes, mais sans amour, cela ne nous profitera pas (1 Corinthiens 13 : 2). Les vrais réformateurs sont les seuls qui connaissent l’amour divin, qui sont prêts à sacrifier pour les autres, dont l’amour s’étend même à leurs ennemis.

De nombreux autres domaines de réforme pourraient être mentionnés, mais si nous sommes fidèles dans ces dix domaines, alors nous pouvons entreprendre la prochaine étape et commencer à aider les autres à se réformer. Amen.

Timo Martin