QUAND NOUS NE COMPRENONS PAS

LA BENEDIZIONE PIÙ GRANDE
01/04/2018
QUANDO NON CAPIAMO
01/05/2018

Une vieille question

L’être humain s’est toujours posé des questions et beaucoup d’entre elles n’ont pas eu de réponse. Dans notre empressement à vouloir tout comprendre, à tout savoir, à scruter ce qui est proche et lointain, nous avons parfois trop spéculé sur le désir de réaliser cette ambition des temps anciens de dévoiler le caché et le mystérieux, quand nous ne comprenons pas pourquoi une chose arrive.  Il est vrai que cet esprit curieux nous a permis de comprendre de nombreuses lois de la physique, de la chimie, de la biologie, etc., qui ont ouvert la porte à la connaissance du corps humain et de son fonctionnement, des lois qui gouvernent la nature et l’univers. Mais de grandes questions restent ouvertes aux chercheurs, qui si même, par exemple, peuvent parfaitement expliquer le cycle hydrologique, ils ne savent pas qui met en mouvement ce mécanisme naturel et pourquoi il se répète constamment de manière exacte. Qui a déterminé qu’il en soit ainsi ?

La même chose arrive avec les lois de la physiologie humaine. Aujourd’hui, n’importe qui peut acheter un livre d’anatomie, de biologie ou de physiologie, et connaître les lois de la vie, le fonctionnement de chaque organe de notre corps. C’est merveilleux, mais il y a beaucoup de choses qui n’ont toujours pas de réponse, par exemple : Pourquoi le cœur bat-il régulièrement tout au long de la vie, effectuant sa tâche de faire circuler le sang dans tout le corps ? Quoi ou qui rend cela possible ? Nos yeux nous permettent de voir et nous en connaissons le mécanisme, mais pourquoi cela est possible ? Le processus de la digestion est parfaitement connu, mais pourquoi cela se passe-t-il de cette manière si judicieuse et merveilleuse ?

Ainsi nous pourrions poser beaucoup plus de questions qui n’ont de réponse que dans la foi. Dieu a tout créé et à travers lui tout subsiste et fonctionne : « C’est toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère. Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, et mon âme le reconnaît bien. » Psaume 139 : 13, 14. « C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen ! » Romains 11 : 36. Voilà la révélation que la Parole de Dieu nous donne. Nous pouvons la croire ou la rejeter, mais c’est la plus convaincante, comme le dit le sage Salomon : « La révélation de tes paroles éclaire, elle donne de l’intelligence aux simples. » Psaume 119 : 130.

Ce n’est pas une question de croyance aveugle, nous avons reçu également des preuves de notre Créateur pour croire, des évidences dans le monde naturel et spirituel. Toute cause a une origine, il est impossible qu’une simple horloge ait été faite seule. Nous pouvons la démonter, voir ses pièces, les distinguer, les nommer, comprendre leur mécanisme, mais à la fin nous devrons conclure que derrière ce travail, il y a un artisan horloger. Les réponses comme celles-ci ne servent à rien : “L’horloge existe parce c’est ainsi”, “elle s’est créée toute seule”, “les métaux se sont fondus mystérieusement et ont abouti à des pièces qui plus tard se sont assemblées pour aboutir à l’horloge”. Personne ne le croirait et pour sûr l’horloger n’accepterait pas volontiers d’être ignoré.

Des questions sur l’âme

La question devient très compliquée quand nous éliminons Dieu de nos vies, parce que le résultat inévitable est la perte totale du sens ou du but de l’existence humaine. Nous avons été créés par amour et pour aimer. Dieu nous a donné la vie pour que nous puissions le connaître et l’aimer ; et de même pour que nous puissions nous aimer les uns les autres. C’est l’essence de la loi du Décalogue. La création est une œuvre divine basée sur l’amour.

Mais quand nous nions ce fait et attribuons à des causes absurdes l’origine de la vie, comme si ce serait le résultat d’un Big Bang ou d’une évolution des formes primitives de la vie vers des formes plus complexes, nous ignorons le “divin horloger”. Cela est très triste, je ne voudrais pas que mes enfants m’ignorent et disent qu’ils n’ont pas de père et qu’ils sont nés comme par “magie”.

La foi donne un sens à notre existence et nous met au centre de l’œuvre que Dieu désire que chacun d’entre nous fasse : celle d’annoncer au monde son message d’amour et d’espoir, d’élever ses Dix Commandements en les mettant en pratique dans nos vies. Tout le monde n’est pas prêt à le faire, car il faut renoncer à soi-même et ses passions. Le plus facile est donc de nier l’existence de Dieu et de sa loi.

Cela crée un terrible conflit dans l’âme parce qu’il y a des questions vitales que nous nous posons naturellement : “D’où venons-nous ?” “Où nous allons ?” “Qui sommes nous ?” “Pourquoi sommes-nous ici ?” “Pourquoi le mal existe ?”

“Pourquoi devons-nous mourir ?”, et beaucoup d’autres. A travers la Parole de Dieu, nous pouvons obtenir des réponses claires parce que la Bible est la lampe qui éclaire notre sentier (Psaume 119 : 105). Mais si nous rejetons la révélation de Dieu, alors nous restons perdus dans l’obscurité et nous acceptons n’importe quelle explication absurde, nous nous laissons tromper ou nous nous trompons nous-mêmes.

Comme nous l’avons déjà dit, éliminer Dieu de nos vies, c’est renoncer à être guidés par sa lumière, par sa volonté merveilleuse, puisqu’il sait mieux que nous ce qui nous convient. Quand nous tournons le dos à Dieu, la question se pose : “Comment accepter les chapitres difficiles de l’existence humaine sans tomber dans le découragement ?”

Les desseins divins

Le non-croyant attribue au hasard, ou au destin, les choses qui lui arrivent, tandis que ceux qui ont confiance en Dieu comptent sur la confiance que ses promesses génèrent. C’est ce que Paul dit : « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, … » Romains 8 : 28. Nous croyons que les desseins divins, ont un sens dans l’esprit de Dieu, tout ce qui se passe autour de nous et en nous-mêmes a été généré par Dieu ou permis par lui (Lamentations 3 : 37). Notre Créateur possède tout le pouvoir, la sagesse, il connaît tout et même les cheveux de notre tête sont comptés (Matthieu 10 : 30). La chose la plus réconfortante est qu’il considère avec amour chaque larme que nous versons : « Recueille mes larmes dans ton outre : Ne sont-elles pas inscrites dans ton livre ? » Psaume 56 : 8.  N’est-ce pas quelque chose de merveilleux ? Quel soulagement profond nous éprouvons quand nous embrassons cette promesse !

Il y a tant de souffrances que nous devons expérimenter dans cette vie, que si nous n’avions pas cette « ancre » de l’âme, comme Paul dit dans Hébreux 6 : 19, nous sombrerions dans un profond désespoir.  Dans le même contexte, l’apôtre nous encourage à saisir le Christ, un espoir sûr et ferme (versets 18). Il est l’ancre de notre foi. Le Seigneur Jésus est mort pour nous, il est ressuscité et est monté au ciel et de là, il intercède devant le Père pour qu’un jour nous puissions retourner à notre demeure et recevoir tous les dons que le diable nous a volés à cause du péché. Cher Sauveur, merci, merci pour ton amour !

Tenant compte de cela, il nous sera plus facile d’accepter ce que nous ne pouvons pas expliquer, car bien qu’il n’y ait aucune explication pour nous, Dieu lui la connaît. Il se peut que nous devons faire face à une situation sans solution apparente, mais pour nous qui avons mis notre foi en Jésus-Christ, il n’y a pas de situations sans remède. Nous avons une ancre solide qui nous aide à ne pas nous laisser emporter par l’angoisse, la peur ou le désespoir. La nature immuable de l’amour de Dieu et la parole qu’il a engagée pour accomplir ses promesses doivent nous donner de l’espoir, nous aider à la patience et à la sérénité au milieu de la tempête.

Et qu’en est-il de l’inexplicable, avec ce que nous ne comprenons pas même si nous cherchons partout ? Suivons le conseil divin que Jésus a donné à Pierre : « Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant », lui répondit Jésus, « mais tu le comprendras bientôt. » Jean 13 : 7. Laissons notre cas entre les mains de Dieu, apprenons à accepter sa volonté et à faire preuve de foi dans ses promesses. Un jour nous comprendrons les chapitres sombres et douloureux de notre vie et nous verrons que la main de Dieu dirigeait tout pour notre bien, même si nous ne le savions pas.

« De combien de dangers, visibles ou non, nous avons été préservés grâce à l’intervention des anges, nous ne le saurons que lorsque la lumière de l’éternité nous permettra de reconnaître les voies providentielles de Dieu. Nous verrons alors que toute la famille des cieux s’est vivement intéressée au sort de la famille terrestre et que des messagers partis du trône de Dieu ont accompagné nos pas jour après jour. » – Jésus-Christ, p. 223.

Ce qui est clair pour nous, c’est que Dieu nous aime et qu’il est à nos côtés pour nous guider, nous consoler et nous protéger : « Dieu se tient dans chaque demeure. Il entend ce qu’on y prononce, il prend sa part des douleurs et des déceptions de chaque âme, considère comment sont traités le père, la mère, la sœur, l’ami, le voisin. Il est conscient de nos besoins et son amour, sa miséricorde et sa grâce veillent sans cesse pour y répondre. » – Heureux ceux qui, p. 87.

« Il est vrai que des déceptions surviendront et qu’il faut nous attendre à des tribulations, mais nous devons remettre toutes choses entre les mains de Dieu, qu’elles soient de peu ou de beaucoup d’importance. Le Seigneur n’est jamais embarrassé devant la multiplicité de nos misères, il n’est jamais écrasé par le poids de nos fardeaux. Sa sollicitude s’étend à chaque foyer, elle environne chaque individu ; il s’intéresse à toutes nos affaires, à tous nos chagrins ; il voit chacune de nos larmes ; il est touché par le sentiment de nos infirmités. » – Témoignages pour l’Eglise, vol. 2, p. 396.

Conclusion

Je vous invite, chers frères et sœurs, à regarder plus haut quand vous ne comprenez pas. Rappelez-vous que Dieu vous aime et a fourni en Christ tout ce qui est nécessaire pour votre salut. Ayez du courage, accrochez-vous aux promesses divines et ayez confiance. Dans l’esprit de Dieu, tout est clair et il a un plan parfait pour vous, même s’il vous semble que tout est sombre et que rien n’a de sens. Voici ses paroles : « Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point. » Josué 1 : 5. Quand les épreuves arrivent, au lieu de perdre patience, au lieu de nous inquiéter et de nous préoccuper, allons au Seigneur pour les lui faire connaître. Que Dieu vous bénisse.

Pasteur José V. Giner
Mai 2018