PORTE-PAROLES D’ESPÉRANCE

COLUI CHE PERSEVERA SINO ALLA FINE
01/07/2018
PORTA VOCI DELLA SPERANZA
01/08/2018

Les nombreux événements qui se déroulent dans le monde devraient amener les chrétiens du peuple de Dieu à une réflexion plus profonde sur le genre de foi que nous avons et, si nous remplissons la mission qui nous a été donnée, être de bons samaritains, des porte-paroles d’espérance, des proclamateurs de la seconde venue du Christ. Nous nous souvenons encore de la terrible nouvelle du 11 septembre 2001. Quand les médias stupéfaits, la diffusaient dans le monde entier, je ne pouvais pas croire à ce que j’entendais et voyais. Les deux tours jumelles de New York avaient été abattues par deux avions civils pilotés par des terroristes. Le nombre de morts fut très élevé et l’horreur s’empara ce jour-là de tous ceux qui avaient encore un peu d’humanité.

Les hommes politiques les plus importants, les écrivains, les hommes d’Etat, les sociologues et d’autres experts, déclarèrent que le monde ne serait plus le même après cet événement. Plusieurs années ont passé et nous nous demandons : le comportement des êtres humains s’est-il amélioré ? Ce terrible massacre a-t-il servi à nous convaincre que le monde est malade et qu’il a besoin d’un traitement spirituel basé sur l’amour du Christ ? Ce monde a-t-il changé en bien ?

Les événements du Moyen-Orient, le conflit israélo-arabe, les confrontations raciales en Europe, l’instabilité en Amérique latine et en Afrique, l’inflation, la famine dans le monde, l’augmentation de la criminalité dans nos villes, la pollution de notre planète, l’immoralité et tant d’autres choses montrent que non. Mais ce qui est certain, c’est que ceux d’entre nous qui professent être des disciples du Christ ne peuvent rester impassibles devant ce qui se passe. Le Seigneur désire nous dire quelque chose.

Signes sans équivoques

En tant qu’étudiants de la Bible, nous savons que la Parole prédit la situation mondiale politique, religieuse, sociale ainsi que les bouleversements de la nature qui prévaudront avant la venue de Jésus (Matthieu 24 ; 2 Timothée 3 : 1-5). Il nous avertit que nous devons être attentifs et lever nos têtes quand nous voyons ces choses arriver, parce que notre délivrance approche (Luc 21 : 28).

Le siège de Jérusalem par les troupes romaines était le signe prophétique donné par le ciel pour avertir les chrétiens qu’ils devaient fuir la ville (Matthieu 24 : 15-20). Ceux qui acceptèrent la prédiction, furent attentifs à son accomplissement et obéirent ; ils purent sauver leurs vies. « Aucun chrétien ne périt dans la ruine de Jérusalem. Les disciples qui avaient été avertis furent attentifs au signe promis. » – La tragédie des siècles, p. 31.

Chers frères et sœurs, les signes ne manqueront pas ; aucun chrétien ne pourra prétendre qu’il ne savait pas et qu’il n’a pas eu le temps d’accepter Jésus. Jean qualifie comme « bienheureux » ceux qui « lisent », « entendent » et « gardent » les paroles des prophéties pour notre temps. La raison est claire : « Car le temps est proche. » Apocalypse 1 : 3. Le triple message angélique est annoncé depuis 1844, il y a déjà maintenant plus de cent soixante ans que l’on entend la « voix de la trompette ». Certains ennemis de la vérité concluent que tout ce que nous avons prêché jusqu’ici était faux et qu’il a toujours été question de la seconde venue du Christ, mais personne ne l’a encore vu. Cependant, que nous dit la Parole ? « Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra, et il ne tardera pas. » Hébreux 10 : 37.

L’invitation du Christ

C’est notre espérance ! Nous croyons fermement que notre rédemption est proche. Nous ne connaissons ni le jour ni l’heure, mais les signes nous l’annoncent. Notre rôle consiste à nous préparer à ce merveilleux événement et à avertir le monde entier.

Maintenant, il est encore temps de mettre de l’ordre dans notre vie. Nous avons l’occasion de modifier nos voies et de retourner au Seigneur en nous repentant sincèrement, Dieu le veut parce qu’il nous aime. Aujourd’hui, nous vivons encore et la porte de la grâce est ouverte, mais qu’en est-il de demain ? Ou dans quelques heures ? Qui peut prédire ce qui va se passer dans la prochaine minute ?

Noé prêcha 120 ans avant que le déluge ne détruise la terre. 120 ans de coups de marteau, de bois scié, de calfeutrage et d’appels à la repentance. C’était un message d’avertissement, mais aussi d’amour et de miséricorde. La plupart des contemporains de Noé le considéraient comme fou, mais cela ne l’importuna pas. Il continua à accomplir la tâche que Dieu lui avait confiée. Noé annonça pendant 120 ans la fin de l’ère antédiluvienne (Genèse 6 : 3), mais il fut aussi un porte-parole d’espérance. Les gens de cette époque avaient deux options : Accepter l’invitation à se repentir et entrer dans l’arche pour être sauvés ou s’accrocher à leur ancienne vie de péché et mourir noyés.

Il se peut qu’une histoire si lointaine ne suscite chez les gens d’aujourd’hui aucun désir de changement. Beaucoup même la nient et la placent dans le catalogue des contes ou des fables de l’histoire ancienne, mais cela n’enlève rien à son authenticité. Je n’ai pas connu mon arrière-arrière-grand-père, mais je sais qu’il a existé, je connais même son nom. Mon père me l’a dit et il le savait de son père. Je sais quel était son métier et les choses liées à sa vie. Certains connaissent beaucoup de générations de leurs ancêtres, mais ils ne les ont pas connus, ils ont seulement reçu le témoignage des autres et l’ont accepté.

En tant que chrétiens, à travers la Bible nous avons reçu le témoignage des prophètes, le fait que Dieu a créé le monde en six jours et que le septième il s’est reposé. Qu’il créa l’homme et le plaça sur cette planète. Que l’homme et la femme péchèrent et pour cette raison, le malheur entra dans ce monde. Que Dieu leur fit une promesse de rédemption et que son Fils Jésus-Christ allait mourir sur la croix pour leur rendre, ainsi qu’à tous leurs descendants de tous les temps, ce qu’ils avaient perdu. Que Christ reviendrait une deuxième fois afin de mettre fin au péché et aux pécheurs et établir un nouveau monde et qu’il y aurait des signes sans équivoque qui précéderaient l’événement glorieux. Que chaque personne qui aurait accepté ce message deviendrait un prédicateur de la bonne nouvelle, un porte-parole d’espérance, et qu’elle devait le faire d’une manière extensive afin que ceux qui accepteraient la « parole de la réconci­liation » 2 Corinthiens 5 : 19, soient épargnés des sept dernières plaies (Apocalypse 16) et de la seconde mort – la mort éternelle (Apocalypse 2 : 11).

Nous n’avons pas connu Noé mais nous savons qu’il a existé parce que ceux qui ont écrit les Saintes Ecritures nous l’ont dit. Nous savons que ce fidèle patriarche a prêché un message de condamnation et qu’en même temps il était un porte-parole d’espérance. Le déluge arrivait et les gens auraient pu être sauvés. Noé crut au message et ne mourut pas noyé ; sa famille crut et elle se mit à l’abri dans l’arche.

Noé préfigure l’œuvre que le peuple de Dieu doit faire dans les derniers temps. Nous savons par la parole prophétique que sept plaies vont tomber sur l’humanité et que les impénitents, c’est-à-dire ceux qui ne souhaitent pas se repentir et mettre leurs vies en harmonie avec la loi de Dieu n’auront aucun refuge en dehors du Christ. L’église et chacun de nous devons prêcher le message comme Noé, le message de l’évangile et présenter l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde (Jean 3 : 16). Croyez-vous à ce message ? Avez-vous le courage de le partager avec d’autres personnes ? La porte de l’arche était ouverte à tous les antédiluviens, mais le moment arriva où Dieu la ferma (Genèse 7 : 16) et personne ne pouvait plus y entrer ni en sortir. Cela se passera de la même façon à notre époque. Maintenant, la porte de la grâce est ouverte et de l’autre côté se trouve Jésus, faisant l’invitation suivante : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » Matthieu 11 : 28. « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs. » Hébreux 3 : 7, 8.

Le temps viendra où la porte de la grâce se fermera et les paroles prophétiques d’Amos s’accompliront : « Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l’Eternel, où j’enverrai la famine dans le pays, non pas la disette du pain et la soif de l’eau, mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Eternel. Ils seront alors errants d’une mer à l’autre, du septentrion à l’orient, ils iront çà et là pour chercher la parole de l’Eternel, et ils ne la trouveront pas. » Amos 8 : 11, 12.

« Lorsque l’instruction du jugement sera terminée, la destinée de chacun sera décidée soit pour la vie, soit pour la mort. Le temps de grâce prendra fin un peu avant l’apparition de notre Seigneur sur les nuées du ciel. Dans une allusion à ce temps-là, il nous est dit dans l’Apocalypse : “Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre.” Apocalypse 22 :11, 12. » – La tragédie des siècles, p. 533.

Je vous invite à accepter l’espérance bénie de « la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ » Tite 2 : 13, et surtout à devenir un porte-parole fidèle de cette merveilleuse nouvelle pour l’humanité. Que Dieu vous bénisse. Amen.

Pasteur José V. Giner
Août 2018