PERDRE DU TEMPS

COMME AUX JOURS DE NOÉ
15/05/2017
LA MALADIE
15/05/2017

Article paru dans The Reformation Messenger, Canada mars 2017

L’utilisation que nous faisons de notre temps est extrêmement critique dans notre voyage chrétien. Dieu nous a donné du temps et nous devons l’utiliser avec sagesse, car le temps perdu ne peut jamais être retrouvé.

Les minutes perdues disparaissent à jamais. Vous serez appelé à donner un compte pour chaque moment que vous avez perdu. Quand Dieu vous donne un message qui vous sauvera de la perdition et que vous négligez cette occasion donnée par Dieu il se peut qu’il n’y ait d’autre chance pour vous. C’est donc aujourd’hui le jour de votre salut et c’est maintenant que vous devez accepter Jésus-Christ comme votre Sauveur personnel.

« C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint-Esprit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation dans le désert, … Pendant qu’il est dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte. » Hébreux 3 : 7, 8, 15.

LE TEMPS AU SERVICE DES PERSONNES

Beaucoup de chrétiens de profession aujourd’hui sont des serviteurs temporels. Ils connaissent la volonté de leur Maître. Ils entendent les paroles de Dieu mais ne les respectent pas. L’apôtre Jacques a averti, « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous mêmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était. » Jacques 1 : 22-24.

Au temps de Jean Baptiste nombreux étaient ceux qui prétendaient être ses amis. Ils voulaient trouver la faveur du Messie qui allait venir mais ils n’avaient pas une réelle conviction du péché. Le message de Jean était, « Repentez-vous, car le royaume de Dieu est proche. » Matthieu 4 : 17. Dans l’Esprit de prophétie nous lisons, « Beaucoup de scribes et pharisiens venaient confesser leurs péchés et demander le baptême. Ils s’étaient fait passer pour meilleurs que les autres hommes et avaient entretenu une haute opinion de leur piété au sein du peuple ; maintenant les secrets de leurs vies coupables étaient dévoilés. Mais le Saint-Esprit fit comprendre à Jean que plusieurs de ces hommes n’avaient pas une réelle conviction du péché. Ils étaient opportunistes. Ils pensaient que l’amitié du prophète leur assurerait la faveur du Prince qui allait venir. » – Jésus-Christ, p. 86.

« Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. » Jean 3 : 5.

Jean Baptiste continua « Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? Produisez donc du fruit digne de la repentance. » Matthieu 3 : 7, 8.

« Jean déclara aux instructeurs d’Israël que leur orgueil, leur égoïsme, leur cruauté attestaient qu’ils étaient une race de vipères, une vraie malédiction pour le peuple, et non pas les enfants d’Abraham, le juste et obéissant. Compte tenu des lumières reçues de Dieu, ils étaient même pires que les païens auxquels ils se croyaient si supérieurs. Ils avaient oublié le rocher d’où ils avaient été taillés, la carrière d’où ils avaient été tirés. » – Jésus-Christ, p. 87.

LE DON DU SALUT PEUT VOUS DÉPASSER

De nombreux Chrétiens aujourd’hui, après que Dieu leur ait envoyé un avertissement, entendent les paroles et tremblent parce que leurs péchés leur sont signalés. Malheureusement, beaucoup ne se repentiront pas de leurs péchés.

Le message aujourd’hui est, « Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent de la part du Seigneur. » Actes 3 : 19.

« Mais que personne ne néglige les opportunités actuelles et remette à plus tard la repentance, en comptant sur la conversion de la onzième heure comme celle du malfaiteur, et se confiant à un repentir sur le lit de mort.

Chaque rayon de lumière négligé laisse le pécheur dans une plus grande obscurité qu’avant, jusqu’à ce qu’une déception terrible prenne possession de son esprit, et son cas peut devenir désespéré. » – The Spirit of Prophecy, vol. 3, p. 159.

Dieu désire que chaque âme soit sauvée et il supporte longtemps le pécheur, mais il y a une limite à sa grâce. Nombreux sont ceux qui rejettent sa miséricorde et peuvent avoir atteint cette limite.

« C’est lorsqu’on dépasse les bornes de sa longanimité, qu’il retire sa protection. Ce n’est pas Dieu qui exécute la sentence qui suit la transgression. Il se borne à abandonner à eux-mêmes les contempteurs de sa grâce, qui récoltent alors la moisson de leurs semailles. Tout rayon de lumière rejeté, tout avertissement méprisé, toute mauvaise passion caressée, en un mot, toute transgression de la loi de Dieu est une semence qui porte sûrement ses fruits. L’Esprit de Dieu finit par abandonner le pécheur impénitent et le laisse désarmé devant ses propres passions, comme devant l’inimitié et la malignité de Satan. » – La tragédie des siècles, p. 36.

AUJOURD’HUI EST LE JOUR DE VOTRE SALUT

« Quelques jours après, Félix vint avec Drusille, sa femme, qui était Juive, et il fit appeler Paul. Il l’entendit sur la foi en Christ. Mais, comme Paul discourait sur la justice, sur la tempérance, et sur le jugement à venir, Félix, effrayé, dit : Pour le moment retire-toi ; quand j’en trouverai l’occasion, je te rappellerai. » Actes 24 : 24, 25.

« Un rayon de lumière avait brillé du ciel dans le cœur de Félix, quand Paul lui avait parlé de justice, de tempérance et de jugement à venir. Cette occasion suscitée par Dieu lui avait permis de connaître son péché et de s’en repentir. Mais il dit au messager divin : ‘Pour le moment retire-toi ; quand j’en trouverai l’occasion, je te rappellerai.’ Le procurateur avait dédaigné l’ultime sollicitation de la grâce. Il ne devait plus jamais recevoir d’autre appel de Dieu. » – Conquérants pacifiques, p. 378.

« Mais au lieu de s’abandonner à la repentance, il chercha à écarter de son esprit des réflexions désagréables. Il coupa court à l’entretien, et dit : ‘Pour le moment retire-toi ; quand j’en trouverai l’occasion, je te rappellerai.’ » – Conquérants pacifiques, pp. 376, 377.

Oh, mes chers frères et sœurs, il est maintenant temps pour chacun de nous de sonder nos cœurs et nos vies. Comment avons-nous considéré les avertissements qui nous sont envoyés du ciel ? Avons-nous méprisé le don gratuit du salut comme le fit Félix ? Il était instruit dans tous les points de la vérité afin qu’il puisse se repentir de ses péchés. Cependant, au lieu d’accueillir la vérité, il négligea la seule occasion qui restait pour sauver sa vie. Eut-il une autre occasion pour entendre la voix de Dieu ? Non jamais ! C’était sa dernière opportunité.

Christ dit aujourd’hui, « Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. » Apocalypse 3 : 18.

Veuille le Seigneur nous aider pour que chacun de nous puisse porter des fruits dignes de la repentance par Jésus-Christ. Que Dieu vous bénisse. Que la grâce vous soit donnée. Amen.

Jenifer Akello, Ouganda