MEPRISANT LES BENEDICTIONS

PARABOLE DU FIGUIER
01/02/2019
LA SIGNIFICATION DE LA PERFECTION CHRÉTIENNE
01/03/2019

Bénédictions non appréciées

Chacun de nous reçoit certaines bénédictions de la part de Dieu. Une bénédiction est une grâce qui est offerte à quelqu’un. Nous recevons des bénédictions tous les jours, souvent nous ne le réalisons même pas et cela peut affecter notre perception de Dieu et de la vie. Se concentrer sur ce que nous n’avons pas nous amène à occulter ce que nous avons et sa valeur. Il est très facile de glisser sur la pente de l’indifférence, de l’égoïsme, il suffit que nous cessions de remercier Dieu pour ses bénédictions et que nous ne les estimions pas à leur juste valeur.

Vous êtes-vous déjà arrêté à penser aux nombreuses bénédictions que vous avez reçues au cours de l’année écoulée ? Et durant ces derniers mois ? Et pendant cette semaine ? Et pendant la journée d’aujourd’hui ? C’est un exercice mental que nous devrions pratiquer tous les jours. David reconnaît que la bonté et l’amour de Dieu sont constamment déversés sur ses enfants : « Oh ! combien est grande ta bonté, que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent. » Psaume 31 : 19. Jérémie exprime sa gratitude envers Dieu pour sa miséricorde : « Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande ! » Lamentations 3 : 22, 23.

Ces hommes de Dieu reconnaissaient profondément les bénédictions qu’ils recevaient chaque jour. En général, nous sommes tellement habitués à recevoir d’innombrables bénédictions que nous ne nous en rendons même pas compte ni ne les estimons. Le même phénomène se produit avec des enfants trop gâtés qui ont des jouets en abondance ; ils finissent par croire qu’on leur doit tout et deviennent égoïstes, désirant de plus en plus de choses, sans estimer ce qu’ils possèdent. Quand j’étais enfant, je ne possédais pratiquement qu’un ou deux jouets et je devais m’en contenter. Mais en même temps, ils  me paraissaient comme un trésor, quelque chose de grande valeur dont je devais prendre soin et profiter. Quand mes parents m’offraient quelque chose de nouveau, très rarement je dois le dire, j’éprouvais un intense plaisir. Maintenant, je remarque comment les enfants jouent juste un peu avec leurs nouveaux jouets puis ils les oublient. Ce pourrait-il que nous ayons le même comportement avec les bénédictions de Dieu ?

Cadeaux de Dieu

Samson reçut la grande bénédiction d’être l’homme le plus fort de la terre et de tous les temps. Il aurait pu apprécier davantage ce don extraordinaire, mais qu’en fit-il ? Il l’utilisa pour ses intérêts personnels sans tenir compte de la gloire de Dieu et non seulement cela, il brûla ses forces sur l’autel des passions, transgressant toujours plus les lois de Dieu. Quel fut le résultat ? Il perdit la bénédiction.

Salomon devint l’homme le plus sage de tous ; quelle bénédiction ! Il était un homme si habile que les gens l’admiraient et le respectaient. Il savait tout et possédait une compréhension hors du commun ; Dieu la lui avait donnée. Mais il y eut un moment où il franchit la limite de l’interdit tant de fois qu’il resta finalement du mauvais côté. Tout ce qu’il possédait comme bénédiction divine, il l’exploita pour le mal et finit par s’éloigner de Dieu. S’il ne s’était pas repenti dans sa vieillesse, il aurait été perdu pour toujours.

Chacun de nous a reçu de nombreuses bénédictions : Le don de la vie, de la santé, de la famille, des enfants, du travail, de la connaissance, de la foi, etc., mais que se passe-t-il parfois ? Nous détournons le regard et oublions ce que nous avons. Combien de gens ont perdu leurs familles pour ne pas avoir apprécié cette grande bénédiction ! Ils croyaient que leurs familles étaient à eux pour toujours, qu’elles leur appartenaient et que quoi qu’ils fassent, rien ne se passerait. Mais ils avaient tort. Ce dont nous ne prenons pas soin, tombe en ruine, ce que nous n’estimons pas, se perd. Beaucoup se marient, reçoivent la bénédiction du mariage, mais au lieu de protéger leur couple, d’en prendre soin et de l’estimer, ils se consacrent à diminuer la confiance de l’autre, à ne pas le respecter et l’aimer comme au début, pensant que cela n’est pas nécessaire car l’autre lui appartient déjà officiellement. Mais il ne faut pas oublier que la plante qui ne reçoit pas de soins finit par dépérir.

Nous ne devons pas piétiner les bénédictions de Dieu, mais les apprécier et leur donner la valeur que le ciel leur a donnée. Si Dieu m’a donné la bénédiction de savoir chanter, je dois le remercier en premier lieu et ne jamais penser que c’est un don qui m’appartient, quelque chose d’inné et à utiliser à ma guise. Il n’en est pas ainsi. Je dois utiliser la bénédiction pour louer son nom, pour l’exalter et amener des âmes à ses pieds.

Voyons le cas d’Elvis Presley considéré comme le “roi du rock”. Elvis avait des racines chrétiennes, éduqué dans la foi de ses parents ; avec le temps il se sépara de l’église et fit une brillante carrière dans le monde du divertissement. Il était l’une des personnalités les plus médiatiques de son époque et des milliers de fans le suivaient et même après sa mort, ils continuent à le pleurer. Elvis eut l’occasion de visiter des églises et d’y chanter des cantiques. Il enregistra plus de cinquante chansons chrétiennes, comme Cuán Grande es Él[How Great Thou Art], Él me tocó[He Touched Me], etc. Il semblerait qu’au fond de son cœur il se sentait attiré par le message de l’Évangile, mais malheureusement il ne prit jamais une décision pour Christ et décéda sans avoir profité des bénédictions de Dieu.

Conclusion

Peut-être aurait-il été préférable d’avoir intitulé cette lecture d’une autre manière : « Profitant des bénédictions », mais je voulais commencer par quelque chose de plus saisissant pour terminer avec une conséquence logique. Si mépriser les bénédictions de Dieu nous éloigne de Dieu, nous conduit au malheur et à l’échec, pourquoi continuer avec cette attitude ? Rappelons-nous qu’en ces jours où nous vivons, il y a beaucoup de raisons de remercier Dieu constamment. L’une d’elles est la bénédiction du temps de grâce. Quand finira-t-il ? Nous ne le savons pas, mais pour tout être humain, c’est à sa mort qu’il se termine.

Ne serait-il pas bien de mettre à profit chaque jour pour en savoir plus sur notre bien-aimé Sauveur et de vivre pour le servir et le proclamer ? Oh, combien nous devrions aimer Jésus ! Il donna sa vie pour chacun de nous. Beaucoup méprisent le sacrifice du Calvaire, ils ne le voient que comme une belle histoire mais sans répercussions sur leur vie. Est-ce que nous estimons le sacrifice de Jésus ? L’aimons-nous ? Nous avons reçu la bénédiction de sa Parole, la serrons-nous dans notre cœur et devient-elle nôtre par l’étude ? Est-ce que nous estimons nos familles ? Est-ce que nous remercions Dieu pour la bénédiction de son église ? Apprécions-nous la bénédiction d’avoir un toit sous lequel nous abriter, la nourriture, l’eau, le soleil et l’air ? Comprenons-nous et apprécions-nous la bénédiction de vivre dans des pays où nous sommes autorisés à accepter la foi et à la pratiquer sans être persécutés ? Combien de bénédictions divines à apprécier et à estimer ! Encourageons-nous à le faire. « Que l’Éternel te bénisse, et qu’il te garde ! Que l’Éternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce ! Que l’Éternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix ! » Nombres 6 : 24-26.

Pasteur José V. Giner
Octobre 2018