LA FAMILLE CHRÉTIENNE

LA PUISSANCE D’UNE GOUTTE D’EAU
01/10/2014
LE VÉRITABLE NOËL
01/12/2014

Défendre notre origine

Nous aimerions nous plonger dans un sujet qui nous concerne tous nous les humains, puisque tous nous sommes nés dans une famille. S’il n’y avait pas l’acte d’un homme et d’une femme, personne ne pourrait venir dans ce monde. Certains disent que cela est le résultat de la nature, qu’une des formes de vie primitives s’est développée par hasard jusqu’à devenir les formes complexes et intelligentes qui existent aujourd’hui. Mais cela est une façon de nier Dieu comme auteur et créateur de la vie et donc de la famille au sein de la race humaine. Aujourd’hui, nous revendiquons notre origine divine et nous donnons à la famille la place qui lui revient dans le plan de Dieu pour que ce monde soit plus heureux.

Origine de la famille chrétienne

Remarquez que j’ai dit « plan de Dieu. » Quand Dieu créa la terre il avait un plan très précis ; pour le connaître nous devons nous tourner vers la Bible, car c’est elle qui nous informe de nos origines. Dieu créa le monde et tout ce qui s’y trouve, puis il décida de créer l’être humain, afin de partager avec lui toutes ses richesses et son amour infini : « Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. » Genèse 1 : 26. Au début, il fit l’homme de la poussière de la terre, (c’est prouvé scientifiquement parce que notre corps possède la majorité des éléments chimiques de la terre) et ensuite il le laissa seul pendant un certain temps pour qu’il se rende compte qu’il lui manquait une compagne. Et le Seigneur dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. » Genèse 2 : 18.

Ce n’est pas que le Seigneur s’était trompé, mais ce fut une déclaration qui montre son plan et pourquoi il laissa l’homme seul pour un temps, afin qu’il remarque l’importance de l’autre, de son semblable, de sa compagne. L’homme n’a pas été créé pour être seul, l’Éternel lui a donné une nature sociable. C’est ainsi qu’il créa la femme à partir d’une partie de l’homme et les unit par le mariage. Ainsi Dieu dit : « Je lui ferai une aide semblable à lui. » Genèse 2 : 18, et quand Adam vit Eve devant lui, il dit : « Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! » Genèse 2 : 23. Dieu donna un commandement au premier couple : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez. » Genèse 1 : 28. « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » Genèse 2 : 24. Notre Seigneur a enseigné ce qui suit : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ; ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. » Matthieu 19 : 5, 6. Cela est en harmonie avec le plan originel de Dieu.

D’après les informations que nous donne la Bible nous apprenons que :

• Nous sommes le résultat de la création de Dieu. Nous avons une origine divine, nous ne sommes pas le résultat de l’évolution.

• Nous sommes créés à l’image de Dieu. • Dieu est l’auteur du mariage et donc de la première famille sur la terre.

• L’homme et la femme devaient former la famille et en être la tête et ensuite avoir une descendance pour perpétuer la race.

• Cela devait se faire dans le mariage et pour toute la vie, le divorce n’était pas dans le plan de Dieu. Nous savons que l’homme décida de pécher et de tourner le dos à Dieu, mais le Seigneur avait un plan préparé : Jésus viendrait dans ce monde et mourrait pour payer la dette de l’homme. Le premier couple fut expulsé du jardin d’Eden et bien qu’ils laissèrent beaucoup de choses derrière eux, l’Éternel a permis qu’ils puissent profiter de quelque chose même en dehors de l’Eden : Le mariage, c’est-à-dire la famille ainsi que le Sabbat hebdomadaire.

Paul dit : « Que le mariage soit honoré de tous. » Hébreux 13 : 4. Le plan de Dieu pour remplir cette terre de familles et la rendre plus heureuse devait être réalisé ; seulement maintenant il fallait prendre en compte (avec la nouvelle nature pécheresse) les règles très spéciales, pour que cela devienne ce que Dieu voulait : Une bénédiction. Elles sont comme les fondements de la famille chrétienne.

Fondements de la famille chrétienne

Ceux qui commencent une famille devraient prendre conscience qu’ils font un pas pour toute une vie, et ils devraient aborder cette question avec beaucoup de sérieux, en considérant le fort taux de divorce qui existe. Le mariage chrétien est une institution créée par Dieu et reçoit donc sa bénédiction si les fondements établis par lui sont respectés.

L’un d’eux est la sainteté du mariage. Ce n’est pas une aventure, quelque chose à prendre à la légère, ce n’est pas un moment de plaisir et ensuite quand le /la partenaire vieillit et perd de sa beauté ou n’attire plus, on change de partenaire ; ce n’est pas non plus une occasion pour dominer l’autre, ce n’est pas une relation qui doit être régie par les émotions, mais par des principes ; ceux-ci doivent dominer et être au-dessus de l’émotion. Pourquoi ? En raison de notre nature pécheresse, nos émotions et nos sentiments, bien qu’ils aient leurs places puisque nous sommes des êtres émotionnels, ne doivent pas nous contrôler. Il est très facile pour un être humain de se laisser aller à l’enthousiasme pour une idée, se sentir attiré par quelqu’un, se laisser aller à l’émotion de la passion, mais c’est tout aussi facile de perdre l’enthousiasme, de changer d’idée, de cesser d’aimer. Nous pouvons constater cela chaque jour, quand nous voyons des gens qui se sont promis « l’amour éternel », du jour au lendemain et ne possèdent plus un grain d’amour pour l’autre, pour celui ou celle à qui ils avaient fait des vœux et des déclarations des plus solennels.

On ne peut pas se marier en pensant à priori que si les choses n’iront pas bien on se séparera. Les conséquences d’une séparation peuvent être graves, surtout s’il y a des enfants. Nous devons tenir compte sérieusement de cela avant de donner notre cœur à quelqu’un. Si nous nous rendons compte que le mariage est sacré, d’origine divine et ne peut fonctionner que lorsque l’Éternel l’inspire et le dirige, nous ne prendrons pas des décisions à la légère. Nous devons réfléchir très sérieusement à ce que nous allons faire dans la vie pour nous maintenir financièrement ; nous devons décider de la voie que nous allons suivre pour notre vie spirituelle et bien sûr, jeter les fondements d’une famille. Normalement, une partie importante de la vie est consacrée à apprendre un métier pour obtenir le moyen de vivre au quotidien ; mais peu de personnes réfléchissent au sujet de Dieu et encore moins sur le caractère sacré du mariage. Ce sont deux aspects négligés par la majorité des gens et le résultat est un monde en plein bouleversement, où les familles se désintègrent et le moral est au plus bas.

Nous devons consulter l’Éternel avant le mariage, car c’est lui qui nous conduira et non nos passions ou nos changements d’opinions. Si nous avons ce fondement, les enfants apprendront à le respecter, ils comprendront que l’union entre ceux qui composent la famille est essentielle si on veut réussir dans la vie, par cela je veux dire avoir un équilibre mental, la paix, la sécurité, etc., parce que la séparation des parents affecte toujours les enfants. Si les parents considèrent ainsi le mariage alors leurs enfants le verront aussi ainsi. Un autre fondement du mariage est l’engagement. Il est impossible de penser à fonder une famille chrétienne sans engagement. Les deux conjoints doivent s’engager à : s’aimer, se respecter, se compléter, s’aider, se pardonner, se protéger l’un l’autre, partager les charges, s’entraider dans l’éducation des enfants. Lorsque le feu de la passion est passé, la réalité reste et souvent cette réalité-là ne plait pas aux gens. On ne persévère pas s’il n’y a pas d’engagement ; les familles sans engagement, un engagement qui est pris devant Dieu et qui commence avec les parents, ne peuvent pas passer cette valeur à leurs enfants. En fait, aujourd’hui les jeunes grandissent avec l’idée que si le mariage ne fonctionne pas, demain on divorce et on cherche autre chose. Voilà ce que des camarades de classe ont dit à ma fille, et elles n’ont que 13 ans.

Le couple doit entrer dans le mariage avec l’idée ferme que quoiqu’il arrive, ils doivent tenir ensemble les liens familiaux. Unis dans la prospérité et l’adversité. L’engagement qui est fait devant l’Éternel ne vous laissera pas abandonner le foyer, ni vos enfants, ni vos parents. Un engagement est un pacte et en effet le mariage est une alliance d’amour pour la vie. Un autre fondement est l’amour. En réalité c’est le véritable amour (agape) qui produit un véritable engagement. C’est celui qui a conduit l’Éternel à se donner en son Fils pour l’humanité. L’amour éros est l’amour sexuel ; l’amour phileo est un amour affectueux, mais conditionnel, tandis que l’amour agape est inconditionnel.

Le véritable amour a des caractéristiques : « La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. » 1 Corinthiens 13 : 4-7.

Le fondement de la foi est celui qui permettra de renforcer la famille. Dieu dans la famille est le carburant de l’amour et de l’engagement. « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable » Hébreux 11 : 6, de sorte qu’il est impossible sans la foi d’avoir un mariage agréable au Seigneur. La foi en quoi ? La foi dans le message de l’Évangile, la foi dans les promesses de Dieu, la foi dans le message du Christ. Lorsqu’on accepte la foi chrétienne, la vie a un autre sens. La foi engendre la sécurité intérieure, car elle ne se fonde pas sur ce que nous disons, mais sur ce que Dieu dit. Une famille qui permet que l’Éternel dirige le foyer a un succès garanti. La foi produit l’espérance, et l’espérance est la clé pour vivre heureux dans ce monde de conflits, car elle nous projette au-delà. La foi ouvre les mers, arrête le cours des rivières, donne la pluie, fait tomber les murs de Jéricho, la foi peut déplacer des montagnes (Matthieu 17 : 20), parce que la vraie foi dans le cœur humain s’engage envers l’Éternel.

La famille chrétienne comme un exemple

Nous exerçons tous une influence positive ou négative sur les autres, personne n’échappe à ce principe. L’influence qu’exercent les familles chrétiennes est comme le levain qui fait lever la pâte. Une famille chrétienne répand le parfum de l’Évangile, l’amour de Dieu est présent dans la vie au foyer, dans la société et l’église. Il est impossible pour une famille divisée où ne règne pas l’amour, qu’elle soit une bénédiction pour la société et encore moins pour l’église. Nous prenons l’ambiance que nous avons à la maison avec nous partout où nous allons, au travail, à l’école, à l’église. Pourquoi y a-t-il tant de conflits dans la société et parfois même dans l’église ? Parce que les conflits familiaux s’y transfèrent. Nous pouvons feindre d’aimer mais, tôt ou tard, le manque d’union se verra dans les personnes. L’effondrement de l’institution du mariage a produit d’innombrables conflits. Si la famille se désagrège, ceux qui la composent se désagrègent. Les prisons sont pleines de gens qui viennent de familles dysfonctionnelles. Les délinquants, les pédophiles, les assassins, les violeurs, ont presque tous vécu dans un environnement familial néfaste, sans morale, sans principes chrétiens.

Un des plans de l’ennemi de Dieu et de l’homme est de pervertir l’institution du mariage et de générer d’autres modèles qui ne sont pas dans le plan de Dieu, parce qu’il sait quelles en sont les implications sur la société. Paul avait déjà averti que les gens de son époque avaient perverti le mariage : « Leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes. » Romains 1 : 26, 27. Le concept biblique de la famille est perverti ; peut-on appeler famille, deux personnes du même sexe qui vivent une relation homosexuelle et qui adoptent des enfants, et dont les répercussions sont déjà visibles ? Ce qui est clair, c’est que tout est fait dans de nombreux pays pour introduire ces autres modèles de familles que Dieu n’approuve pas et cela ne peut pas être bon. Demain on verra surgir d’autres « formes d’amour » comme celle d’une femme ou d’un homme avec un animal ou avec des enfants, ou avec plusieurs personnes à la fois ; cela deviendra peut-être officiel, mais cela ne signifie pas que c’est correct aux yeux de Dieu. Les familles chrétiennes doivent être gouvernées par ce que dit la Parole de Dieu.

La chute du concept de la famille produit un effet de rebond qui affecte indéfectiblement l’ensemble de la société. J’ai eu l’occasion de visiter un état du Venezuela, appelé Táchira, où l’église catholique a publié une déclaration disant qu’elle a mené une enquête de grande ampleur auprès de gens à l’intérieur et à l’extérieur de l’église et a constaté que la destruction de la cellule familiale provoque des meurtres, des enlèvements, l’extorsion, la toxicomanie, l’alcoolisme, le viol, etc. http://www.adiccion-al- alcohol.com/2011/11/desmoronamiento-de-la-familia-un-grave.html

L’atmosphère heureuse de la famille chrétienne

Le foyer est un espace où la famille chrétienne crée et développe ses dons. Le foyer, ce ne sont pas les murs de la maison où vivent les membres de la famille, mais l’ambiance produite par ceux qui composent la famille. La famille peut être de caractère varié. Seulement des conjoints, des conjoints avec enfants, des conjoints avec des parents âgés et des enfants, des parents âgés avec des enfants adultes célibataires, etc. Quelle que soit la circonstance, la famille a le devoir et le privilège de développer les valeurs chrétiennes, qui feront de l’ambiance familiale un prélude du ciel. Cela dépendra en grande partie de la consécration de ses membres à l’Éternel. Parfois, nous parlons de compatibilité de caractère. « Nous sommes compatibles », « nous ne sommes pas compatibles » … Ce qui en réalité conduit à la compatibilité est le fait que ces membres aiment l’Éternel et le servent dans la sincérité du cœur. Ce sont les membres de la famille qui en font l’ambiance. Le groupe ne fait pas l’individu, mais l’individu fait le groupe. Cela veut dire que, ce que chacun est au niveau individuel se traduira dans la communauté. Un parent qui n’est pas consacré à l’Éternel ; ou un fils ou une mère, etc., laisseront leur empreinte sur la famille. Au contraire s’ils sont fidèles, cela se traduira par une atmosphère paisible et heureuse.

Droits et devoirs de la famille chrétienne

Le foyer où la famille chrétienne grandit et se développe doit être une école où tous les membres apprennent des leçons importantes pour toute une vie. Le père est la « tête » de la famille : « Car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église. » Éphésiens 5 : 23. Être la tête ne veut pas dire être le patron absolu, celui qui opprime et commande arbitrairement, mais cela doit être pris dans le sens donné par l’apôtre Paul. Le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise. Christ aime son Église et se donna pour elle, ainsi le mari doit aimer sa femme ainsi que la femme, qui est comparée à l’église qui s’est livrée à la mort pour le Christ dans les cirques romains, doit aimer son mari. « Le Seigneur a désigné le mari comme chef de la femme pour être son protecteur ; il est le lien qui unit les membres de la famille, de même que le Christ est le chef de l’Eglise et le Sauveur de son corps mystique.» – Foyer chrétien, p. 206. Le mari est le chef de la famille, mais il devrait être comme Christ était, ainsi aucune femme ne désirera être loin d’un homme avec ce caractère.

«N’essayez pas de vous obliger mutuellement à céder à vos désirs. Vous ne sauriez ainsi conserver un amour réciproque. Soyez bons, patients, indulgents, aimables et courtois. Avec l’aide de Dieu vous pourrez vous rendre heureux l’un l’autre, selon la promesse que vous vous êtes faite le jour de votre mariage. » – Foyer chrétien, p. 112. » Les parents doivent montrer un respect réciproque devant les enfants et ne pas se disqualifier l’un l’autre ; ils doivent surtout être cohérents et décider ensemble. Le mari a le devoir de protéger sa femme et ses enfants et pourvoir à sa famille. Par conséquent, il est important de penser au mariage que lorsque le problème monétaire a été résolu. Les parents doivent veiller à l’éducation de leurs enfants, à leur bien-être physique et spirituel. Cela signifie que tout ne doit pas être le domaine de la mère, cela doit être partagé entre eux.

Des dons qui enrichissent la vie de la famille chrétienne

La famille est l’espace idéal pour développer nos talents, manifester notre amour, exprimer nos joies et nos préoccupations, verser des larmes, vivre notre foi, recevoir du réconfort et de l’aide en cas de besoin. Il y a des dons qui enrichissent la vie de famille. Considérons quelques-uns : Tout d’abord la diversité au sein de la cellule familiale. Nous devons comprendre que même si nous sommes de race humaine, hommes et femmes, nous sommes différents et nous devons nous comprendre afin de mieux interagir les uns avec les autres au sein de la famille. L’apôtre Paul enseigne que les femmes sont le sexe plus faible, et doivent être traitées avec une tendresse particulière (1 Pierre 3 : 7). Lui aime être respecté, elle aime être aimée. « Sexe plus faible » ne veut pas dire plus faible spirituellement ou même plus faible dans la santé et la force, mais émotionnellement. La femme peut être facilement blessée par les paroles et le manque d’amour. L’homme est différent parce qu’il a une autre structure cérébrale. Il y a beaucoup de différences entre les deux, de sorte qu’il est plus que nécessaire d’apprendre à respecter la diversité, la différence. Différents ne signifie pas ennemis ou incompatibles. Loin de là. La science a démontré que le cerveau des hommes et des femmes fonctionnent différemment. Si nous apprenons à respecter ces différences, la vie de famille sera beaucoup plus belle et agréable. Le problème se pose lorsque l’un ou l’autre veut imposer sa loi à l’autre, ou essayer de le changer et de le rendre « à son image et à sa ressemblance. »

C’est une erreur que de vouloir essayer de changer l’autre. L’autre est comme il est, et si quelqu’un peut le changer c’est l’Éternel. Nous pouvons l’influencer par notre bon exemple : L’amour et la tendresse, la patience, la compassion et la bienveillance font plus impression que tous les discours du monde. La diversité, au lieu d’être un élément qui sépare la famille doit être comme une colle qui la consolide et tient le tout ensemble. Si nous nous efforçons de respecter les autres et de profiter de leurs talents, au lieu d’être divisée, la famille sera renforcée.

Il faut que des normes soient établies au sein du foyer si nous voulons qu’il fonctionne bien. L’anarchie et le désordre ne produisent jamais l’ordre et l’harmonie. Les devoirs et les responsabilités doivent être partagés. Tout ne doit pas être mis sur le dos de la femme ou du mari ; les enfants doivent apprendre à collaborer dès l’enfance. Au cours de ses trente premières années, Jésus avait des responsabilités envers ses parents qu’il a assumées humblement et volontairement. Des heures fixes pour les repas, pour le lever et le coucher, donnent de très bons résultats. Les enfants apprécieront beaucoup cette discipline si elle est pratiquée depuis leur plus jeune enfance ; si cela n’a pas encore été établi, mettre ces règles en pratique pourra être complexe et difficile. Toutefois, si cela se fait petit à petit en démontrant que c’est pour le bien de tous, influencera positivement sur la bonne humeur et la santé, et sera accepté avec plaisir. Il faut également avoir des moments précis pour les cultes en famille. La famille chrétienne vit unie et prie ensemble. Il ne faut jamais manquer de présenter nos offrandes de remerciement à Dieu dans le culte du matin et du soir. Dieu doit être le premier et le dernier dans le foyer.

Il est important de maintenir le dialogue entre les membres de la famille. Prenons l’habitude de nous asseoir ensemble une fois par jour pour parler et surtout pour apprendre à écouter. Ne manquons jamais de respect, et parler avec des tons agréables est un remède pour l’âme. Une réponse douce calme la colère. Si au cours de la journée nous avons offensé, nous devons demander pardon même aux enfants, si petits qu’ils soient. Ne pas corriger les enfants avec colère et les envoyer au lit bouleversés (Ephésiens 4 : 26). Ne nourrissons jamais la colère, en faisant cela nous nous remplissons de sentiments de vengeance et de haine. Nous devons apprendre à résister à ces mauvais sentiments. L’amour couvre une multitude de péchés (1 Pierre 4 : 8). Maintenir l’ordre, la propreté et la beauté dans la maison, parce que l’environnement influence l’esprit. Un environnement propre véhicule de bons sentiments, tandis qu’un environnement sale et désordonné nous invite à être désordonné dans notre vie mentale. Prenons le temps de nettoyer la maison mais sans obsession.

Le mariage doit être un cercle fermé. Ce qui se passe en son sein doit être gardé en privé ; il ne faut jamais divulguer les défauts du conjoint à de tierces personnes, encore moins les secrets conjugaux, les défauts des enfants, etc. Protéger l’un l’autre devrait être le mot d’ordre de la famille. Cela ne signifie pas que nous devrions soutenir les attitudes négatives, ceci est une autre question. Il est dit que ce qui se passe à la maison ne doit être que pour la famille, les membres de celle-ci doivent sentir qu’ils appartiennent à un cercle où ils peuvent exprimer leurs sentiments et leurs opinions sans être censurés ou désapprouvés et être assurés que personne ne révélera les choses intimes du foyer.

La récompense présente et future

Lorsque nous cherchons à plaire à l’Éternel de tout notre cœur, cela se reflétera dans la famille et elle commencera à anticiper les joies du paradis céleste. Dans cette vie, nous voyons déjà les résultats sur les enfants, sur nous-mêmes, sur notre travail, sur la société, sur l’église. Cela produit une grande satisfaction ou une grande douleur, selon ce que nous aurons pratiqué. L’Éternel veut que nous accordions une importance à l’institution du mariage et donc de la famille et en faisant cela, nous nous préparons à vivre un jour dans le ciel et ensuite sur la nouvelle terre.

Beaucoup ont critiqué le christianisme, car dit-on, il met le bonheur ou l’accent sur l’avenir, quand le Christ viendra prendre son peuple pour l’emmener au ciel. Il est vrai que là, nous ferons l’expérience d’un bonheur complet, sans fêlures ; mais il est vrai aussi que sur cette terre nous pouvons déjà anticiper certaines joies du ciel comme le bonheur d’avoir une famille unie en Christ. Les moments difficiles ne manqueront pas, ainsi que des situations qui testeront notre foi, mais le Seigneur a promis d’être avec nous tous les jours de notre vie ainsi qu’avec la famille. Que Dieu nous aide à former des familles solides afin de le représenter correctement dans un monde qui se désagrège de plus en plus. Que Dieu nous donne son Saint-Esprit pour comprendre l’importance de la famille chrétienne et faisons tout en notre pouvoir pour construire une famille approuvée, solide, heureuse, et si nous avons fait des erreurs demandons pardon à l’Éternel, et cherchons à les réparer. Que Dieu nous bénisse tous. Amen.

Pasteur José V. Giner