JÉSUS, NOTRE AVOCAT DEVANT DIEU

LA JUSTICE DE DIEU
01/09/2018
LA JUSTICE DE CHRIST
01/10/2018

Compilation d’extraits des écrits d’Ellen G. White

Les dons et les bénédictions que nous octroie le Seigneur surpassent toute connaissance. Le trône de la grâce est lui-même le centre d’attraction le plus puissant de l’univers, car celui qui l’occupe nous autorise à l’appeler Père. Mais Dieu n’a pas jugé que l’œuvre du salut était complète aussi longtemps qu’elle dépendait uniquement de son amour. Il a choisi un avocat revêtu de notre nature et l’a placé auprès de lui. En sa qualité d’intercesseur, cet avocat a pour mission de nous présenter à Dieu comme ses enfants. Il intercède pour ceux qui l’ont reçu. En vertu de ses mérites, il leur donne la possibilité de devenir membres de la famille royale, sujets du Roi du ciel ; et c’est en accueillant comme ses amis ceux du Christ que Dieu montre son amour infini pour le Sauveur qui a versé son sang comme prix de leur rédemption. Il est satisfait du sacrifice expiatoire. L’incarnation, la vie, la mort et la médiation de son Fils, tout contribue à sa gloire.

Dès que l’enfant de Dieu s’est approché du propitiatoire, il est défendu par le grand Avocat. Dès qu’il a prononcé une parole de repentir et imploré le pardon du ciel, le Sauveur épouse sa cause, et en son propre nom, il présente ses supplications devant le Père.

Lorsque le Christ intercède en notre faveur, Dieu met à notre disposition tous les trésors de sa grâce ; nous pouvons dès lors en jouir et les communiquer à ceux qui nous entourent. “Demandez en mon nom”, dit Jésus ; “je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous ; car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé.” Réclamez-vous de mon nom, cela donnera de l’efficacité à vos prières, et le Père vous communiquera les richesses de sa grâce. “Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.” Jean 16 : 24.

Dieu veut que ses enfants implorent sa bénédiction et fassent monter vers lui des louanges et des actions de grâce. Il est la source de la vie et de la force. Pour ceux qui gardent ses commandements, il peut transformer le désert en un champ fertile ; car c’est là la gloire de son nom. Ce qu’il a opéré en faveur de son peuple devrait faire déborder tous les cœurs de sentiments de reconnaissance. Il est contristé lorsqu’il constate notre peu d’empressement à le louer. Il aimerait que son peuple manifestât plus ouvertement sa gratitude, car celui-ci a des raisons de se réjouir. – Témoignages pour l’Eglise, vol. 3, pp. 31, 32.

Nous ne méritons pas l’amour de Dieu, mais Jésus-Christ, notre avocat, se charge de sauver parfaitement tous ceux qui viennent à lui.

Le Christ prend plaisir à relever des êtres qui n’éveillent aucun espoir, et qui sont dégradés par Satan. Mais Jésus a agi dans leur cœur et il veut en faire des sujets de sa grâce. Il se réjouit de les délivrer de la souffrance et de la colère qui doit s’abattre sur les désobéissants.

Si l’ennemi peut arriver à détourner de Jésus les regards de ceux qui sont découragés pour les diriger sur eux-mêmes et leur propre indignité, leur faisant oublier les mérites du Sauveur, son amour et sa grande miséricorde, il s’emparera du bouclier de la foi et arrivera à ses fins. Ceux-là seront alors exposés à de violentes tentations. Le faible doit donc regarder à Jésus, croire en lui ; il pourra alors exercer la foi. – Puissance de la grâce, p. 186.

Tous ceux qui sont conscients de leur profond dénuement spirituel trouveront justification et force en regardant à Jésus. … Il nous invite à échanger notre misère contre les richesses de sa grâce. …Si sombre qu’ait pu être notre passé, si décourageant que soit le présent, si nous nous approchons de Jésus tels que nous sommes, faibles, privés de soutien ou désespérés, le Sauveur compatissant viendra au-devant de nous. Il nous entourera de ses bras avec amour, pour nous présenter au Père, revêtus de son propre caractère comme d’un vêtement éclatant. –  Puissance de la grâce, p. 9.

Satan sait que tous ceux qui demandent à Dieu son pardon et sa grâce obtiendront gain de cause ; c’est pourquoi il leur présente leurs péchés pour les décourager. Il ne cesse de susciter des occasions de se plaindre chez ceux qui s’efforcent d’obéir au Seigneur. Il cherche même à leur présenter comme viles leurs meilleures actions. Par d’innombrables stratagèmes, d’une subtilité et d’une cruauté incomparables, il s’applique à provoquer leur condamnation.

Il est impossible à l’homme, par ses propres forces, de tenir tête aux accusations de l’ennemi. Debout devant Dieu, vêtu de vêtements sales, il confesse ses péchés. Alors Jésus, notre avocat, plaide efficacement en sa faveur. Il défend sa cause, et, grâce au sacrifice du Calvaire, il triomphe de l’accusateur. Sa parfaite obéissance à la loi divine lui a donné tout pouvoir dans le ciel et sur la terre, et il supplie son Père d’accorder sa miséricorde au pécheur et de le réconcilier avec lui. Il déclare à l’accusateur de son peuple : “Que l’Eternel te réprime, Satan ! Ce peuple a été racheté par mon sang, c’est un tison arraché du feu.” Et à celui qui se confie en lui, il donne cette assurance : “Voici, je t’enlève ton iniquité, et je te revêts d’habits de fête.” Zacharie 3 : 4.

Tous ceux qui ont revêtu la robe de justice du Christ se tiendront devant lui comme ses élus, ses fidèles, ses justes. Satan n’aura aucun pouvoir pour les ravir de la main du Sauveur. Aucune âme qui réclame sa protection avec foi ne tombera sous la puissance de l’ennemi. – Puissance de la grâce, p. 317.

Le Christ ajoute sa propre justice à la confession du pécheur repentant et croyant, pour que la prière de l’homme déchu monte en agréable odeur, comme un encens, devant le Père, et que la grâce divine soit communiquée à l’âme croyante. A l’âme tremblante et repentante Jésus dit : “Qu’il saisisse ma force, qu’il fasse la paix avec moi, qu’il fasse la paix avec moi !” Esaïe 27 : 5 (V. Darby). “Venez et plaidons ! dit l’Eternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine.” Esaïe 1:18. Voulez-vous lui permettre de discuter avec vous ? Voulez-vous lui confier votre âme comme au fidèle Créateur ? Venez donc, vivons à la lumière de sa face, et prions avec David : “Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.” Psaumes 51 : 9. Par la foi appliquez le sang du Christ à votre cœur, cela seul peut vous rendre plus blancs que neige. Vous allez me dire : “Un tel abandon de mes idoles me brisera le cœur.” Renoncer à tout pour Dieu est justement ce que signifie tomber sur le Roc et s’y briser. Renoncez donc à tout pour lui ; vous êtes sans valeur à moins d’être brisés.

La justice du Christ se manifestera comme votre justice, la vertu du Christ deviendra la vôtre dès que vous vous détournerez des citernes crevassées qui ne retiennent pas d’eau pour venir directement à Dieu, au nom de Jésus votre Avocat, demandant les choses dont vous avez besoin. Vous comprendrez alors que la justification ne peut être obtenue que moyennant la foi en Christ ; car c’est en Jésus qu’est révélée la perfection du caractère divin ; sa vie manifeste l’opération des principes de la sainteté. Le sang expiatoire du Christ libère le pécheur de l’esclavage et de la condamnation ; grâce à la perfection du Substitut innocent, notre Garant, il peut courir dans la lice d’une humble obéissance à tous les commandements de Dieu. Hors du Christ il se trouve sous la condamnation de la loi, pécheur encore ; par la foi en Christ il est rendu juste devant Dieu. – Messages choisis, vol. 1, pp. 387, 388.

Nous pouvons nous réjouir dans l’espérance. Notre avocat est dans le sanctuaire céleste, plaidant en notre faveur. Par ses mérites, nous avons le pardon et la paix. Il mourut afin de laver notre péché, de nous revêtir de sa justice et de nous préparer pour la patrie céleste ou nous pourrons, pour toujours, vivre dans la lumière. – Témoignages pour l’Eglise, vol. 2, p. 127.