CROIRE

CREDERE
01/11/2018
LE SCEAU DE DIEU (Ex. 31 : 13)
01/12/2018

L’augmentation de la science

Nous vivons une époque d’opulence et de grands progrès technolo­giques. Si nous remontons dans le temps, seulement une cinquantaine d’années, nous constaterons de brusques changements par rapport à cette époque-là. Les milliers d’années précédentes se sont déroulées plus ou moins de la même manière, on n’enregistra aucun changement significatif.

Mais à partir du dix-neuvième siècle apparaissent des inventions qui révolutionnèrent l’histoire : La pile, le chemin de fer, la caméra, la machine à coudre, la tondeuse à gazon, l’ampoule électrique, la machine à laver, le vélo, la dynamite, la machine à écrire, le téléphone, la voiture, etc. Au cours du vingtième siècle, l’explosion technologique a surpris tous les êtres humains, car des inventions apparurent qui ont modifié le commerce, l’industrie, la politique, l’éducation et les relations sociales. Nos ancêtres n’auraient jamais imaginé qu’une telle chose arriverait : La télévision, l’avion, le stimulateur cardiaque, la pénicilline, les ordinateurs, le stylo à bille, la carte de crédit, le satellite de communication, le rayon laser, la puce de microprocesseur, etc.

Mais ce qui nous a laissés abasourdis, c’est l’invention d’Internet. Je me souviens avoir vécu sans cette invention pendant de nombreuses années et un jour elle a fait irruption dans notre vie, d’abord l’ordinateur, puis la connexion à Internet. De combien d’avantages avons-nous bénéficié ! La téléphonie mobile a également changé nos vies de manière radicale. D’abord on parlait au moyen d’un téléphone fixe, on demandait à une opératrice de nous mettre en contact avec le numéro de téléphone désiré, puis de nos jours nous disposons d’un petit appareil qui tient dans la poche, avec lequel nous pouvons communiquer instantanément avec n’importe qui dans ce monde, c’est quand même quelque chose d’incroyable. Et il n’y a pas que cela, nous pouvons voir notre interlo­cuteur, prendre des photos de haute qualité, enregistrer des messages audio, des vidéos et tout partager ; chercher des documents, des livres, de la musi­que, des personnages, des données historiques, scientifiques … Une mer sans fond ! La technologie nous a apporté beaucoup de bonnes choses, en particu­lier pour ceux d’entre nous qui voulons partager l’Evangile, car en quelques secondes, un message peut faire le tour du monde.

 L’incrédulité

Mais il y a deux problèmes graves que nous ne devons pas ignorer. Un de ceux-là a rapport avec le grand danger du média s’il n’est pas utilisé avec sagesse et dans la crainte de Dieu. Le fait de pouvoir accéder à toutes sortes d’informations, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, le convertit en un média potentiellement dangereux entre les mains de personnes sans cœur, car c’est une arme qui peut nuire à de nombreuses personnes, notamment aux enfants et aux jeunes gens.

Les entreprises qui recherchent un profit facile ne se demandent pas si leurs pages Web ont un contenu moralement correct ou non. La fenêtre sur la violence, la pornographie, le satanisme, l’athéisme, etc., peut être facilement ouverte par quiconque disposant d’une connexion au réseau. D’où l’importance de contrôler nos enfants et de nous contrôler nous-mêmes avec prière et vigilance afin de ne pas tomber dans les filets de l’ennemi (Matthieu 26 : 41). Il est inutile d’interdire ce moyen extraordinaire de communication et de progrès culturel, par le fait qu’il y a tant de balayures sur le Web. La solution consiste à apprendre à utiliser la technologie tout comme nous apprenons à utiliser un couteau pour ne pas nous blesser.

L’autre problème a trait à l’immédiateté et à l’influence des médias. Celles-ci ont changé nos vies car aujourd’hui, nous pouvons accéder à beaucoup de choses en quelques secondes : nous pouvons acheter sur Internet des billets pour voyager, des articles de toutes sortes, de la nourriture, des vêtements, des chaussures, des appareils ménagers, etc. et en peu de temps les recevoir chez nous. Si nous voulons des informations, nous y accédons en quelques secondes. Il y a tellement de vidéos sur YouTube qu’il nous faudrait plusieurs vies pour les voir toutes.

Cette immédiateté à laquelle nous nous sommes habitués nous l’avons “transférée” à de nombreux aspects de notre vie. Nous voulons tout voir immédiatement, le sentir, le palper, le vivre. Nous nous sommes habitués à recevoir d’immenses vagues d’informations et à nous laisser submerger sans avoir une position critique et analytique. La majorité des gens comprennent que si quelque chose est sur le réseau, c’est parce que c’est quelque chose de consensuel, prouvé et crédible. Mais peu de gens réfléchissent au fait que les médias sont gérés par les grands magnats de cette terre, qui ne cherchent précisément pas à avantager les utilisateurs, mais à réaliser des profits astronomiques au détriment de n’importe qui.

Il n’est pas surprenant que lorsqu’on parle de croire en Dieu, les gens soient si négatifs. Les médias, ni même la science ne favorisent la foi, au contraire, ils nous envahissent avec une publicité athée, évolutionniste et comme tout est de plus en plus mondialisé, la tendance est de suivre la majorité. L’incrédulité s’est peu à peu installée dans la conscience humaine et ce qui règne c’est ce qui gratifie les sens, le facile, le banal.

Si vous pouvez croire

Que ce soit pour une raison ou une autre, la foi authentique est en train de disparaître de plus en plus et cela signifie qu’il est rare de trouver une personne qui consacre réellement sa vie à aimer Dieu par-dessus tout. Si des lois contraires à la loi divine sont légiférées, la bonne chose pour un croyant est de se placer du côté de ce qui est juste, même si la majorité a une autre position. L’apôtre Pierre a dit : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. » Actes 5 : 29.

Le Web peut nous “bombarder” en promouvant une position idéologique, une philosophie, un credo, mais si cela est contraire à la parole de Dieu, nous devons décider correctement et donner la priorité à notre Créateur. Le Seigneur enseigna à Israël : « Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal … » Exode 23 : 2. Pour pouvoir réagir de la sorte, nous devons étudier notre Bible et bien la connaître. Il sera donc plus difficile pour nous d’être trompés (Esaïe 8 : 20).

Le Seigneur Jésus nous a enseigné que la foi déplace des montagnes, que c’est par la foi que nous sommes justifiés (Romains 5 : 1) et que, par la foi, nous pouvons recevoir les requêtes de notre cœur : « Si tu le peux croire, toutes choses sont possibles au croyant. » Marc 9 : 23, version Martin. « Si tu le peux croire » quelle expression si belle et si profonde à la fois ! Jésus met ici toute l’emphase sur l’acte de croire. Mais croire quoi ? Croire que Jésus est capable de faire ce qu’il veut, comme il veut et quand il veut. Qu’il est le premier et le dernier, l’alpha et l’oméga, qu’il a vaincu le diable et que son sang nous purifie de toute injustice. Croire que pour lui il n’y a rien, mais absolument rien d’impossible et qu’un croyant qui s’accroche avec foi à sa main toute-puissante peut tout faire (Philippiens 4 : 13).

Mais nous aimerions apporter une clarification. Croire que Dieu va nous donner à travers Jésus tout ce que nous lui demandons est présomption et péché. Jésus lui-même pria son Père à Gethsémané et lui demanda de retirer la coupe qu’il était sur le point de boire, mais il précisa que la volonté du Père soit faite et non la sienne (Luc 22 : 42). C’est le modèle de prière que nous devons suivre, c’est-à-dire nous soumettre à la volonté souveraine de Dieu. La tendance humaine est de demander dans le but de recevoir la demande, mais nous pouvons demander à tort : « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal … » Jacques 4 : 3. Ces paroles nous appren­nent qu’il existe une bonne façon de demander et une autre qui ne l’est pas.

Nous devons apprendre à demander selon la volonté de Dieu. Parfois, nous demandons que Dieu nous donne tel ou tel travail, et rien ne se passe, alors nous pensons que Dieu ne nous a pas entendu. Ce n’est pas comme cela. Dieu a reçu la prière mais n’a pas répondu comme nous le souhaitions car cela ne nous aurait pas convenu. Nous voyons seulement que nous avons besoin de ce travail, qu’il nous plait, qu’il est bien rémunéré ; mais nous ne voyons pas ou ne considérons pas les aspects qui pourraient nous nuire, mais Dieu les voit ; et emporté par un grand amour et une miséricorde infinie, il nous le refuse.

La chose correcte à faire est donc de croire lorsque nous prions que Dieu nous donnera le travail qui convient le mieux à nos capacités et à nos besoins. Nous devrions donc prier en disant : “Seigneur, tu sais que j’ai besoin d’un travail pour subvenir à mes besoins et aider ma famille. Je te prie de m’aider à en trouver un que tu approuves. Je laisse tout entre tes mains, je crois que tu feras ce qu’il y a de mieux pour moi. Que ta volonté souveraine et sage soit faite. Donne-moi la patience et la foi pour savoir attendre le moment et ne pas être découragé”.

A celui qui croit, tout lui est possible, oui, c’est vrai, car nous nous mettons entièrement dans les mains de Dieu, le Tout-Puissant, avec l’assuran­ce qu’il fera ce qu’il y a de mieux pour nous, qu’il ne nous laissera jamais ni ne nous abandonnera parce qu’il l’a promis (Deutéronome 31 : 8). Le croyez-vous ? Que Dieu vous bénisse.

Pasteur José V. Giner
Novembre 2018