ARTISANS DE PAIX

LA MALADIE
15/05/2017
OÙ EST JÉSUS ?
15/05/2017

Article paru dans The Reformation Messenger, Canada avril 2017

Jugeant d’après la condition de notre monde aujourd’hui, il semble qu’il reste très peu de personnes qui procurent la paix. Les guerres, les combats, et les émeutes continuent plus que jamais auparavant. Les églises sont divisées en nombreux groupes dissidents. Les familles sont brisées ; les divorces et les séparations se produisent lorsque manquent les artisans de paix. Les cœurs humains sont troublés pour la même raison. La paix est un élément très insaisissable, et les gens n’ont pas appris à l’acquérir. Les hommes d’Etat et les politiciens hautement éduqués ne sont pas capables d’apporter la paix dans le monde. Ce ne sont pas de véritables artisans de paix. Toutefois Jésus dit : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! » A l’opposé de ceux qui procurent la paix il y a les provocateurs. « L’homme pervers prépare le malheur, et il y a sur ses lèvres comme un feu ardent. L’homme pervers excite des querelles, et le rapporteur divise les amis. » Proverbes 16 : 27, 28.

Sœur White écrit au sujet d’un frère dans l’église. « Frère C veut que son esprit contrôle les autres, et à moins de pouvoir avoir ce privilège il n’est pas satisfait. Il n’est pas un pacificateur. Sa ligne de conduite entraînera plus de confusion et de méfiance dans une église que plus de dix personnes ne pourraient contrecarrer. Son tempérament particulier est tel qu’il va choisir les défauts, et rechercher des fautes avec tous sauf lui-même. Il ne prospérera pas jusqu’à ce qu’il apprenne la leçon qu’il aurait dû apprendre des années auparavant, l’humilité de l’esprit. » – Testimonies for the Church, vol. 2, p. 389.

Aussi, Sœur White écrit au sujet d’une sœur dans l’église : « Sœur F agit par impulsion, et trouve des fautes, et a eu trop à dire contre ses frères et sœurs. Cela causera de la confusion dans n’importe quelle église. Si elle pouvait contrôler son propre esprit, une grande victoire serait remportée. » – Ibid., p. 51

Une des choses les plus difficiles à faire est d’être un artisan de paix. Cela demande beaucoup de patience, de sacrifice et d’amour. Isaac fut un exemple d’un bon pacificateur. Dans le chapitre 26 de Genèse, nous trouvons une histoire à propos de lui creusant un puits, et quand il fut terminé, les bergers de Guérar vinrent et le réclamèrent comme le leur. Au lieu de se battre pour ses droits, il se déplaça et creusa un autre puits. Même celui-là, les bergers de Guérar le revendiquèrent ; encore une fois, sans combattre ni argumenter, Isaac se déplaça et creusa un troisième puits. Si remarquable fut cet incident qu’il a été enregistré dans la Bible comme un excellent exemple d’un pacificateur.

Nous lisons dans 1 Corinthiens 13 : 5 : « Elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal. » Pour une personne égoïste, envieuse c’est une leçon difficile à apprendre.

Aujourd’hui, les gens ridiculiseraient et se moqueraient d’Isaac comme d’un homme fou, lâche, qui se laisse marcher dessus.

Abigail était un artisan de paix. Elle était la femme d’un riche homme Nabal, qui possédait 3 000 moutons et 1 000 chèvres, et beaucoup de terre. Quand David lui envoya ses jeunes hommes pour les provisions, il les insulta et refusa de donner quoique ce soit. Cela suscita la colère de David parce qu’il avait protégé la propriété de Nabal contre ses ennemis, et il voulut détruire Nabal et sa maison. Quand Abigail entendit parler de cela, elle alla rencontrer David, « Puis, se jetant à ses pieds, elle dit : A moi la faute, mon seigneur ! Permets à ta servante de parler à tes oreilles, et écoute les paroles de ta servante. … Pardonne, je te prie, la faute de ta servante, car l’Eternel fera à mon seigneur une maison stable ; pardonne, car mon seigneur soutient les guerres de l’Eternel, et la méchanceté ne se trouvera jamais en toi. » 1 Samuel 25 : 24, 28.

Abigail n’était pas coupable de l’insulte faite à David. Elle ne savait même pas ce que son mari avait dit, mais elle a pris l’insulte sur elle-même. Elle confessa le mal comme si elle l’avait fait. Cela calma David, et il la remercia de l’avoir empêché de verser du sang ce jour-là.

Jésus, notre pacificateur, a également pris la culpabilité du pécheur sur lui-même. Par son sacrifice, il put unir la famille humaine perdue avec Dieu, et faire la paix éternelle. Pour qu’une personne soit un artisan de paix efficace, elle doit être très humble. Jacob s’humilia devant son frère Esaü et l’appela son seigneur.

Un artisan de paix qui réussit sera aussi un vainqueur à travers Christ. « Si j’avais conçu l’iniquité dans mon cœur, le Seigneur ne m’aurait pas exaucé. » Psaume 66 : 18. Parfois l’artisan de paix prend la culpabilité sur lui-même comme dans le cas de Jésus, Abigail, et d’autres comme Daniel. Jésus dit : « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. » Matthieu 5 : 23, 24.

L’homme avec l’offrande n’avait rien contre son frère, mais il se souvint que son frère avait quelque chose contre lui. Même alors il était de son devoir d’aller et de se réconcilier avec son frère, avant d’offrir son don à Dieu. Sœur White raconte l’histoire de Frère Howland.

Le frère Howland alla chez un pauvre pêcheur qui n’était pas venu aux réunions de l’église depuis un certain temps. « Frère Howland était donc allé le trouver, et se mettant à genoux devant lui, il lui dit : ‘Pardonne-moi, mon frère, quel mal t’ai-je fait ?’ Cet homme le prit par le bras et voulut le relever. ‘Non, non, dit frère Howland. Qu’as-tu contre moi ?’ ‘Rien, répondit-il.’ ‘Si, tu dois avoir quelque chose, insista frère Howland ; car auparavant nous parlions ensemble, tandis que maintenant tu ne m’adresses plus la parole. Je veux en connaître la raison.’

‘Lève-toi, frère Howland’, répéta-t-il. Et comme notre frère n’en faisait rien, il lui dit : ‘Alors c’est à moi de me mettre à genoux.’ Et il s’agenouilla et confessa son enfantillage, et à quelles mauvaises pensées il s’était livré. ‘Maintenant, dit-il, je vais mettre tout cela de côté.’

A peine frère Howland avait-il raconté cette histoire que le pêcheur arriva avec sa famille, et nous eûmes une excellente réunion. » – Témoignages pour l’Eglise, vol. 3, p. 461.

Jésus, le véritable pacificateur, n’accuse pas, mais il défend le coupable. Les paroles de Jésus à Marie, « Je ne te condamne pas non plus », étaient comme une musique douce aux oreilles de celle qui était condamnée à mourir pour ses péchés. Jésus défendit le grand prêtre, Josué, que Satan accusait. « Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Eternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser. L’Eternel dit à Satan : Que l’Eternel te réprime, Satan ! que l’Eternel te réprime, lui qui a choisi Jérusalem ! N’est-ce pas là un tison arraché du feu ? Or Josué était couvert de vêtements sales, et il se tenait debout devant l’ange. L’ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient devant lui : Otez-lui les vêtements sales ! Puis il dit à Josué : Vois, je t’enlève ton iniquité, et je te revêts d’habits de fête. Je dis : Qu’on mette sur sa tête un turban pur ! Et ils mirent un turban pur sur sa tête, et ils lui mirent des vêtements. L’ange de l’Eternel était là. » Zacharie 3 : 1-5.

Un artisan de paix aime les deux parties, sinon son travail ne réussirait pas. Un artisan de paix aime Dieu, et il aime aussi le pécheur, et il essaie de les amener à l’unité.

Lorsqu’un artisan de paix entend parler en mal de quelqu’un, il agit immédiatement, défendant celui qui est calomnié, et fait ressortir certaines de ses bonnes qualités, et plutôt que d’ajouter de l’huile sur le feu, il verse de l’eau sur celui-ci.

Normalement, nous ne parlons pas en mal d’une personne que nous aimons ; l’amour doit mourir en premier, alors on peut parler en mal d’elle. Les vrais artisans de paix doivent donc amener l’amour dans l’âme, et cet amour fait des merveilles, unissant les gens. L’amour de Dieu éliminera l’amertume et l’hostilité, et la paix deviendra alors possible.

La dernière église sur la terre est appelée Elie ; son œuvre consiste à apporter la paix parmi les peuples. « Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, Avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. » Malachie 4 : 5, 6.

Les artisans de paix aiment leurs ennemis ; leur travail consiste à les changer pour qu’ils deviennent leurs amis. Pourtant, il y a une chose que les artisans de paix ne peuvent pas faire, ils ne peuvent pas compromettre leurs principes. Ils savent que la vraie paix ne peut être acquise par un compromis. Si la paix avec les méchants peut être assurée uniquement par un compromis, ou en méconnaissant la loi, alors qu’il y ait une guerre. Des millions de martyrs sont témoins de cette guerre qui s’est poursuivie pendant 6 000 ans. De l’extérieur, ils semblent être des victimes, mais en réalité ils sont les gagnants et leurs persécuteurs sont les perdants.

Dieu appelle chacun d’entre nous à procurer la paix. Même un artisan de paix dans la famille ou dans l’église est une grande bénédiction pour tous. Il y a un royaume de paix où aucun artisan de la discorde n’est autorisé, seuls ceux qui suivront l’exemple d’Isaac, Jacob, Abigail et Jésus seront là. Si vous acceptez cette vocation, la paix céleste qui surpasse toute intelligence remplira aussi votre propre cœur. Amen

Timo Martin